Ce mardi 07 Mai est une journée qui reflète bien le printemps difficile que l'on vit, le temps est couvert ce matin, accompagné d'un vent léger et d'une température avoisinant les quinze degrés. Hier le ciel était d'un bleu éclatant, on devait se mettre à l'ombre pour éviter le coup de soleil et la température était de trente degrés. Difficile donc de savoir la veille à quoi s'attendre comme conditions de pêche pour le lendemain.

 

     10H15, je retrouve Pep's sur les bords de la Vis, il est arrivé une demi-heure plus tôt. Il m'explique qu'il a sorti une petite truite d'une quinzaine de centimètres mais pas plus. C'est effectivement des courants où l'on pique souvent des petites. Il est équipé de mon ancien lancer, qu'il a apparemment bien réparé, et étrangement d'une cuillère blanche à points rouges qui fait ici des miracles. Je trouve la rivière encore bien haute pour la saison mais comment s'en étonner avec toutes ces journées pluvieuses que nous connaissons.

     Les premiers postes sont infructueux, nous remontons en pêchant assez rapidement vers l'amont du parcours.

     10H45, alors que je suis arrivé à la fin du parcours, bouche bée devant un tel dépotoir mêlant vieilles tuiles, chutes de carrelages, fer de fondations et encore bien d'autres ordures dont un ancien moulinet, voilà Pep's qui arrive tout fier avec une Fario de vingt-trois centimètres prise quelques secondes plus tôt juste en dessous. « Voilà la partie est lancée ! » lui dis je.

     11H05, nous voici arrivés au niveau du deuxième parcours, aucune voiture garée sur ce grand emplacement qui sert aussi d'aire pour pique-niquer. Le cadre est ici comme à son habitude exceptionnel, mais cette fois-ci encore un peu plus avec cette végétation rendue luxuriante par cet étonnant printemps.

     11H15, « celle-là elle est belle ! » me lance Pep's . A peine a t'il commencé a peigner le second courant qu'il vient de ferrer un joli poisson. Mais la partie n'est pas encore gagnée car la belle sait bien se servir du courant puissant grâce auquel elle cherche à prendre la fuite. Elle arrive maintenant tranquillement vers l'épuisette, elle semble résignée même si quelques coups de queue claquent encore la surface de l'eau. « Elle n'est pas bien ouverte ton épuisette !!! », je viens de m'apercevoir que le filet est tout emmêlé. Premier raté, la truite rebondit sur le filet et revient à l'eau, la deuxième tentative n'est pas plus aboutie ni la troisième d'ailleurs. Enfin, ce poisson ne devait pas nous échapper puisque enfin à la quatrième tentative, elle daigne se poser tranquillement sur le filet, et gagner la berge sans soubresaut. Elle mérite bien sa photo, c'est une Fario de trente-deux centimètres.

     « Allez à toi maintenant ! » me lance Pep's comme un défi. Il n'en faut pas plus pour me concentrer sur ma pêche, d'ailleurs quelques lancers suffisent a me faire prendre le premier poisson de la journée. Ce n'est qu'une truitelle de dix-huit centimètres mais c'est quand même bon signe...

     11H45, « Poisson ! », ça y est cette fois-ci je ferre un beau poisson en plein courant, le combat est sympathique avec ce lancer léger, très souple, qui rend bien dans le poignet chaque coup de tête de la truite. Elle mesure vingt-sept centimètres...

     12H15, après avoir prospecter quelques jolis postes sans réussite, j'arrive sur un courant qui me semble propice à une belle prise. Je ne vais pas me poser la question longtemps, la cuillère entame à peine sa descente qu'une truite la saisit sauvagement. Encore un beau combat dans ce fort courant, les coups de tête font plier la canne et les sensations sont décuplées. Elle pose maintenant pour sa séance photo, c'est un poisson de trente centimètres avec une très belle robe jaune et des points rouges éclatants... Ça y est, je viens de remettre les pendules à l'heure avec ce deuxième poisson. Il n'aurait pas fallu croire quand même que j'allais me laisser distancer aussi facilement !

     13H00, malgré de jolis postes prospectés, plus aucune prise. Cela tombe bien car nous sommes revenus juste au niveau de la voiture et les estomacs commencent a réclamer leur dû. Un bon petit casse-croûte nous attend. Installés sur une table de pique-nique en bois, dont les années passées a lutter contre les intempéries, ont marqué à jamais son état, nous nous laissons aller à une tentation de saison.... APERO !

     14H00, reprise de la partie de pêche. Nous apercevons de suite quelques beaux poissons dehors, certains se déplacent même comme pour se saisir de notre cuillère mais ne daignent finalement pas la mordre. Comme certaines mauvaises langues nous l'avaient annoncé, l'apéro a certainement fait des dégâts car nos lancers sont moins précis, ce qui va causer la perte de certains leurres. Pendant la pause repas, un vent fort s'est levé, provoquant une chute importante de pollen, de bourre de peupliers sur l'eau et dégageant complètement le ciel de ses nuages gris. C'est donc avec ces conditions tout à fait différentes et difficiles que nous allons nous casser les dents l'après midi et faire une seconde partie tout aussi désastreuse que la matinée fût passionnante.

 

     16H15, il est temps de cesser la pêche. Nous regagnons les voitures sur ce sentiment un peu mitigé causé par cette après-midi désertique en poisson, mais heureux quand même d'avoir passé une très belle journée au bord de l'eau. Pour sa première sortie truite de l'année Pep's aura réussi une belle ouverture !