Programmée depuis des mois, cette sortie mouche sur l'Homol à la date du 31 Mai, promettait d'être chaude et riche en prises. Ayant fait déjà plusieurs sorties sur cette rivière à des dates concordantes les années précédentes, je pensais savoir à quoi m'attendre et surtout ce que j'allais proposer comme prestation à Lolo, fan de pêche en sèche.... Le seul problème est que tout ne se passe toujours pas comme prévu....

 

     10H30, nous préparons nos cannes, le ciel est encore assez dégagé malgré de nombreux cumulonimbus. La température fraîche pour la saison, mais encore acceptable, se situe aux alentours des dix-sept degrés. Le vent souffle déjà assez fort par rafales mais nous attendons d'être au bord de l'eau pour savoir s'il sera vraiment gênant.

     10H50, Lolo attaque le premier courant qui lèche ce joli pont en pierre, c'est ici le début du parcours, connaissant la richesse de celui-ci en poisson, je me dis qu'on ne devrait pas tarder à voir notre première truite. Lolo, avec sa technique tout en finesse, le peigne avec une grande application. Sa petite mouche grise et jaune, tout en opposition avec les gros sedges que j'ai l'habitude d'utiliser, serpente sur chaque veine de courant, tournoie à la surface de chaque remous et danse sur chaque clapotis de courant. Seulement voilà, si les posers sont d'une rare finesse et précision, les résultats ne sont pas encore aux rendez-vous.

     C'est déçus et troublé que je me résigne à me dire qu'on ne fera pas un poisson sur ce premier poste qui est pourtant d'habitude si prometteur de belles journées. J'ose encore croire que ce n'est qu'une exception et que les prochains postes vont redorer le blason de cette belle rivière. J'ai quand même amené Lolo ici en lui vendant la rivière comme, soit habitées de petites truites mais présente en très grand nombre.

     Nous continuons en alternant les pêcheurs, un poste pour Lolo et un poste pour moi. Je me rends vite compte que j'ai beaucoup perdu, à force de délaisser le fouet pour d'autres techniques, mais coûte que coûte je garderai la mouche pour aujourd'hui.

     Les courants continuent a s'enchaîner sans réussite, si ce n'est un ou deux ratés, sur des truitelles qui ne feraient pas trembler un vairon....

     13H00, il est plus que temps d'aller se restaurer, les poissons sont toujours aussi absents, le temps se dégradent à une vitesse folle et la température a chuté d'au moins trois ou quatre degrés.

     Nous nous sommes rendus en voiture un peu plus en amont. La voiture garée sur un accotement, déjà occupé par un camion de chantier, dont le chauffeur trop occupé par sa sieste ne nous a même pas vu arriver, nous commençons a déballer sandwichs et autres saladières, désabusés par une matinée de pêche catastrophique et une nuisance sonore créée par le ralenti du moteur de cette chère benne de chantier. Heureusement les « ronflements » du camion cessent en même temps que ceux du chauffeur, qui vient d'avoir la bonne idée de reprendre sa route. Le moral remonte un peu plus à chaque bouchée, la pomme avalée nous voilà de nouveau « regonflés » à bloc pour attaquer la deuxième partie de la journée, malgré les conditions qui elles, continuent de s'aggraver.

     14H00, le parcours ici plus accidenté, commence par une succession de vasques toutes plus belles les unes que les autres. Malheureusement les postes sont tout aussi déserts que leurs homologues plus en aval. La fatigue, la lassitude ainsi que la topographie du parcours font que les chutes s’enchaînent sans gravité, certaines plus mémorables que d'autres. Une en particulier restera gravée dans les mémoires, dont la capture sur vidéo, rendra cette journée sûrement moins triste qu'elle n'y paraît.

     Il faudra attendre deux heures et toute la persévérance de Lolo pour enfin ferrer une truite qui avoisine les seize centimètres. Il est impossible aujourd'hui, malgré sa petite taille, de ne pas l'honorer d'une photographie. Deux heures plus tard, désabusés, l'évidence nous crève les yeux et le cœur...aujourd'hui est une journée noire pour la pêche.

 

     Moi qui avait programmé cette sortie spécialement pour Lolo, en pensant qu'elle serait mémorable pour un amoureux de la pêche en sèche comme lui, qui en avait déjà imaginé mille scénario fabuleux, me voilà abasourdi et déçu devant le générique de cette journée. Il en reste heureusement de beaux moments passés ensemble au bord de l'eau et une soirée à la maison très agréable. De toute façon, qui aurait pu prévoir que cette année, le 31 Mai tombait en Novembre.....